Photographe professionnel à Paris – Cyril Bruneau photographe

Les photographies de Depardon face à Google Street view

Les photographies de Depardon face à Google Street view

depardon-google-street-view

L’artiste Caroline Delleutraz apris le livre « La France » de Depardon et a retrouvé les différents endroits où Raymond Depardon a pris les photos. Elle les mets ensuite cote à cote.
Elle s’interroge ensuite sur l’intérêt du travail de Depardon face au milliard de photos prises par Google.
Si vous voulez en savoir plus sur cette démarche vous pouvez vous rendre sur son site et si vous voulez voir les photos, il y a un site dédié qui s’appelle 2 visions.

 

Partager ce billet

Rejoignez la discussion Pas de commentaire

  • christian

    6 décembre 2013 à 8 h 57 min

    Le propre des artistes contemporains est de s’interroger et de poser des questions auxquelles ils évitent de répondre. La démarche de Depardon est celle d’un artiste il s’appuie sur tout ce qui dans la culture photographique l’a précédé qu’il le veuille ou non d’ailleurs, et de ce fait sa vision est une sorte grille codifiée et culturelle qu’il plaque sur la réalité au moyen du choix des sujets et des procédés techniques, sa vision n’est pas objective et ce n’est pas ce que l’on attend de lui. Street view n’obéit pas à cette logique elle est en dehors du système culturel mais le constat du réel qu’il laissera est bien plus important que celui que laissera peut être Depardon, et qui sait si dans les siècles à venir l’on n’attribura pas à Street View une valeur artistique virtuelle et si ces personnages floutés ne seront pas à l’image des bougés d’Adget et de ses rues désertes, mais bon Mme Delleutraz est aussi une artiste.

  • Cyril Bruneau

    6 décembre 2013 à 9 h 59 min

    Je pense que la photographie est un art jeune qui se cherche encore. La question posée par cette artiste est intéressante. Quand Depardon part dans les villages de France pour « garder une trace » comme si ça dépendait de lui, que vaut cette démarche face à street view? C’est un peu comme si je me disais je vais aller prendre la Tour Eiffel en photo car si je ne le fais pas on n’aura plus de traces de ce monument dans quelques années alors que je chaque seconde il y a des centaines de touristes qui la prennent en photo. Si je n’apporte pas une vision au moins différente, que vaut ma démarche?
    J’aime beaucoup Depardon pour ses documentaires, je dirais même que je suis fan, je les ai achetés, car je voulais les voir et revoir. En ce qui concerne ses photos, je pense qu’on n’est pas au même niveau que ses documentaires.

  • Nicoloso

    20 décembre 2013 à 18 h 42 min

    Bonjour Bruno, si c’était moi qui avait fait un tour de France photographique, on en aurait beaucoup moins parlé et je n’aurais surement pas eu une expo à la BNF ! Je pense donc que le nom de Depardon est très porteur mais que le résultat n’est vraisemblablement pas à la hauteur du nom. On ne distingue pas de regard photographique, la preuve street view fait au moins aussi bien. Ma ligne de conduite photographique est la suivante : peu importe l’outil seul « l’oeil » du photographe compte, c’est ce qui lui permettra toujours de se distinguer dans un monde inondé d’images.

  • Cyril

    21 décembre 2013 à 10 h 29 min

    Tu soulèves le point important de la photographie aujourd’hui. Tout le monde a un appareil photo et fait des milliers de photos. Si tu veux te distinguer il faut autre chose que du matériel, il faut du talent. Depardon en a mais il ne réussit pas tout.

  • Charles GUY

    25 janvier 2014 à 15 h 45 min

    Oui, je ressentais bien une sorte de malaise avec ce travail de Depardon qui attire tant les foules… vous écrivez tout haut ce que certains pensent tout bas… c’est bien de remettre de temps en temps les icônes en question.
    Bien à vous
    Charles GUY

  • Cyril

    25 janvier 2014 à 18 h 10 min

    Merci Charles, ça m’énerve aussi de l’idolâtrie sur un artiste, il n’est pas obligé de réussir tout ce qu’il fait. Ce qui est le plus grave c’est qu’en l’artiste commence à le croire, j’espère que ce n’est pas le cas de Depardon.

  • Marianne Waquier

    31 juillet 2014 à 10 h 41 min

    Merci pour cet article. Ce face à face m’a effectivement beaucoup rire moi aussi. Mais sans vouloir défendre R. Depardon (il a suffisamment de visibilité pour ça…) ce qui compte en photo, c’est l’intention. Et sur ce point Depardon à toujours fait preuve de bienveillance et de tendresse à l’égard de la France paysanne et de la province, en voulant les filmer ou photographier dans leur plus simples appareils. Sans chichi. On ne peut pas lui en faire ce reproche. Ce qui est dommage pour lui, c’est que cette approche sans chichi, et aussi une façon clinique de regarder les choses… Et que Google en fasse l’usage aujourd’hui révèle un peu notre approche du monde d’aujourd’hui…

Laisser un commentaire

X
X